mercredi 6 novembre 2019

Notre nom: Voyageur




Notre nom : Voyageur






J’ai lu un livre récemment, que j’avais d’abord choisi pour son titre : « Éloge des vagabondes » de G. Clément


Il parle de ces plantes qui viennent d’ici ou de là, qui s’installent, enrichissent nos paysages, prennent racine, et deviennent nôtres.




Et de nous, êtres humains, qu’en est-il ?


Notre nom à tous et à toutes est "Voyageur", dans cette vie de la naissance à la mort, ou, comme le disent les textes, dans une ronde incessante, la ronde du samsara,  " d'utérus en utérus"...


Voyageurs, nous avons prospéré, nous avons marché sur la terre, petits groupes errants, se rencontrant, se côtoyant, échangeant, apprenant des autres, emmenant les nouvelles techniques, les nouvelles pensées, les nouveaux faires...



Puis nous nous sommes installés, et nous les avons regardés d'un oeil méfiants, eux, les errants, les nomades, les sans-feux et sans-lois.



Nous croyons que nous sommes arrêtés aujourd'hui dans nos villes de pierre, et voilà, d'autres, hommes et femmes,  qui arrivent, effrayés, persécutés, poussés, par la guerre, par d'autres hommes, par le sec, par la misère, attirés par nos lumières, nos richesses, notre paix: 
 nos maisons douillettes, le calme du soir, le pain doré, les champs en fleurs, les rencontres simples et les sourires.




« On ne peut rien contre le vent... »


Le vent des bombes et le vent de la peur, le vent qui porte les cris et les pleurs, le vent qui les chasse alors même qu'ils voudraient rester chez eux, et juste vivre...



Voyageurs, avec un petit sac de misère, des enfants transis, la fatigue d'une vie, le désespoir des abandons, la peur de ces lieux inconnus, des ces langues ignorés, de ces barrières, de ces barbelés, de cette mer impitoyable, de ces uniformes, de ces armes - oui ici aussi, des armes, des cris, de la violence - 



Voyageurs, dans la boue et dans la pluie, au-delà des larmes et de la fatigue, partis animés d'une étincelle d'espoir qui s'est éteinte au fil des jours et des nuits, au fil des regards qui se détournent, du secours qui ne vient pas, des refus, des contrôles, de la nuit du coeur.


Nous avons oublié que nous aussi sommes des voyageurs, que nés ici, installés ici, nous avons aussi à laisser de la place, une place, à ceux qui arrivent, qui apportent de nouveaux regards, de nouveaux savoirs, de nouvelles paroles.



Et nous aussi, voyageurs, ne perdons pas la coutume : la main qui se tend, le verre d’eau qui désaltère, le toit qui protège, le sourire qui accueille...


Lulena 







Eloge des vagabondes: 

Renouée du japon, rhubarbe du Tibet , grande berce du Caucase, pavot de Californie. 

Portées par le vent, par les animaux ou sous la semelle de nos souliers, les plantes vagabondes ont conquis, avec témérité et vitalité, nos jardins, nos talus, nos friches.

Elle n'ont pas bonne presse, on les appelle mauvaises herbes...
 

Gilles Clément
  
Illustrations :
 danslamaisondefrancoise, auffargis, bulledemanou, jardinage.lemonde, vielajoie, naturosympathie, tanzamay

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En flânant

        Avancer en flânant.   Pas de hâte   Pas de lenteur  Juste un petit peu sur le côté. Juste là Doucement Et pourtant L...