dimanche 22 novembre 2020

Haikus: les gouttes de pluie...

 

 
 HAIKU – TEARDROPS OF SILENCE 
 
 In Autumn’s darkness
Raindrops glistening on leaves
Teardrops of silence
 
Dans l'obscurité de l'automne
les gouttes de pluie glissent sur les feuilles
Larmes du silence  
   T.J Grén
 
Les feuilles du lierre 
 
- toutes elles tremblent dans le vent d'automne. discoverjapannow.wordpress.com  
The leaves of ivy –
all of them quiver 
 in the autumn wind
– Kakei (17th-18th century)
(Translated by Hoshino Tsunehiko and Adrian Pinnington
 
 Graines brunes des mimosas
là ou les fleurs autrefois
invitaient les colibris 
à se régaler.
Ethel Freeman 

Une  rafale et
la dernière feuille décide :
partie  
Robert Henry Poulin

 
 Sera-t-il âpre ?
je l’ignore encore
le premier kaki cueilli
    shibukaro ka
shiranu do kaki no
hatsu chigiri

初雁や
よいよながき
夜にかはり
 
 

 


Photos: Françoise, Lulena, Anne, bioetsens

 
 

dimanche 15 novembre 2020

Et vogue...

 



 

 
Bonno Mujin- Impermanence...
 
 
 Maisons, gardiennes immobiles, geôlières du vent...

Maisons aux pierres si lourdes, guetteuses de temps.

Mais un bateau- léger- pour errer sur les canaux ombragés!

Un jour ici, un jour plus loin; en arrivant près des villages,

amarrée sur la place, je sortirais avec le tambour,

lançant des roulades, et j'annoncerais

d'une voix de garde- champêtre: «  Attention, attention!

Ce soir, grrrand zazen! Tous au bateau. 

Du jamais vu, du jamais cru!»

 

Et après zazen, je partirais très vite sous les pierres

lancées par ceux-là mêmes, mécontents du spectacle

dans lequel ils furent à la fois les clowns et

les singes savants...Sauf, sauf, parfois un homme

ou une femme, les yeux éblouis, resterait quelques jours

puis disparaîtrait sans un mot un soir de pleine lune.

 

Et seule je continuerais, dirigeant le bateau,

en chemin et pourtant immobile: juste les arbres

qui bougent – vraiment les arbres?

 

Et les gens se demanderaient les uns aux autres:

« Où est - elle? Tu le sais? » «  Euh..la dernière fois

qu'on a entendu parler d'elle, c'était..attends...le canal du

Rhône ou bien celui du Midi? «  tandis que d'autres,

plus sarcastiques : « Peut-être même le canal du Rhin...

en voulant aller vers le sud! »

 

Mais il y aurait bien sûr celui ou celle qui tomberait pile,

assis sur la berge, mâchonnant une herbe, montant

à bord sans que le bateau ralentisse...

 

Et ainsi allant, chaque instant un peu plus loin,

et il y aurait de ces endroits si beaux qu'on voudrait

s'arrêter, de ces lumières dorées qu'on voudrait cueillir

mais le bateau avance, un instant de regret,

un rire, une respiration, et un jour...

 

Et un jour, arrivée à la mer, suivre la côte

encore un moment puis je pourrai, le coeur tranquille,

mettre la voile et et retourner à l'océan...


煩 悩 無 尽

 

Lulena Et vogue...





jeudi 12 novembre 2020

Vraiment vivant!

 





  

j'ai été piqué par un moustique  

merci mille fois

?

parce que je suis vraiment vivant.
 
Scratch scratch

KO UN 
 
 
Illus. Carol Hepper


vendredi 6 novembre 2020

De la chute, un pas de danse...


 De tout , il resta trois choses:

la certitude que tout était en train 

de commencer,

la certitude qu'il fallait continuer,

la certitude que cela serait interrompu

avant que d'être terminé. 

Faire de l'interruption, un nouveau chemin,

faire de la chute, un pas de danse,

faire de la peur, un escalier,

du rêve, un pont,

de la recherche... 

une rencontre.



 

Fernando Pessoa eh non! Un autre Fernando:Fernando Sabino, écrivain et journaliste brésilien(1923-2004), dans O encontro marcado…un mélancolique à la brésilienne...Liliane


mardi 3 novembre 2020

Passer la journée...?

 


泣いて一日 naite ichinichi   

On peut passer toute la journée en pleurant

 悩んで一、nayande ichinichi 

On peut passer tout la journée en se faisant du souci

怒って一日  okotte ichnichi

On peut passer toute la journée en colère

   

どうせ おんなじ いちにち なら

Mais cette journée,
 

 おもいっきり 笑って いちにち  

 je préfère la passer tout entière en riant ! 


 

    御木幽石 (MIKI Yûseki  calligraphe 1966~) Trad. Akiko San



lundi 26 octobre 2020

Regarder sans attraper...

 

Ryokan! Lui qui peut regarder le monde et sa beauté, et juste se laisser traverser, sans bouger, sans attraper...

Savons-nous parfois juste "être" dans le monde et le laisser nous emplir sans toucher à rien, le coeur apaisé; 

savons-nous renoncer à notre agitation du corps et du coeur...? 

"Tout est "- Juste cela. 

 

Après la pluie de cette nuit, l'eau recouvre

le chemin du village.
 

Ce matin, l'herbe épaisse près de ma cabane

est toute fraîche;

à la fenêtre les montagnes au loin

couleur du jade bleu-vert .

Là-bas, une rivière comme une soie brillante.
 

Sous les falaises, je lave mon oreille douloureuse

avec l'eau de la source pure.

Dans les arbres, les cigales récitent

leurs vers d'automne.

 

J'avais préparé mon bâton et ma robe

pour aller marcher,

mais cette beauté paisible

me garde ici.


 

 
 



 


 

 
 


Haikus: les gouttes de pluie...

     HAIKU – TEARDROPS OF SILENCE     In Autumn’s darkness Raindrops glistening on leaves Teardrops of silence   Dans l'obscu r i té d...